Transformation digitale

C’est un des défis qui nous ont marqués en cette période

8 juillet, 2020
  • 0
  • Pérou

C’est un des défis qui nous ont marqués en cette période de confinement dans l’Église locale du Pérou. La quarantaine a commencé la même semaine que l’année scolaire et au début du calendrier pastoral. Nous avons réagi à la nécessité de fournir virtuellement des espaces de prière, de rencontre, de réflexion et de liturgie … Ceux qui connaissaient mieux le monde numérique se proposaient pour donner les connaissances de base sur les plateformes virtuelles aux laïcs de tous âges et aux consacrés qui travaillent dans ce domaine.

La pastorale depuis le monde numérique a le défi de veiller à ce que les agents pastoraux et les laïcs adultes qui ont du mal à monter dans ce train technologique ne soient pas relégués. Ici, nous avons décidé de ne pas les remplacer et de favoriser une plus grande coopération entre les différentes générations. En pratique, chaque catéchiste adulte ou des différentes pastorales est en quelque sorte «adopté» par un jeune qui veille à lui apprendre à se connecter à une réunion en ligne ou à être à la base de la partie technique d’un programme de radio ou de formation.

Bien que l’évangélisation nécessite un réel effort d’apprentissage et de professionnalisme, personne ne peut s’en exclure car nous avons tous été appelés à l’évangélisation à l’époque où nous avons dû vivre. Peut-être que beaucoup d’entre nous se sentiront certainement comme des étrangers dans le monde numérique. Mais cela n’enlève rien à l’amour investi pour nous « inculturer » en lui, en balbutiant son langage et sa dynamique. En effet, l’amour de Dieu passe dans ce qui est généré avec beauté et avec un contenu qui engage et prédispose à prêter attention, mais il vient aussi de l’amour caché de ceux qui mettent ce qu’ils peuvent et savent, et vivent ouverts à l’Esprit comme un moyen de concevoir leur existence.

Vivre l’évangélisation dans le monde numérique ne signifie pas se moderniser. L’évangélisation n’est pas régie par les tendances ou les modes. Cela exige que nous ayons pied dans ce que les gens vivent et dans la philosophie qui pénètre la culture des lieux où nous sommes. Ce n’est que de cette manière que nous ne nous limitons pas à numériser ce que nous avons toujours fait, mais la foi que nous envoyons via un article, Twitter ou un programme radio devient un véritable dialogue avec l’homme d’aujourd’hui.

M. Carmen Izquierdo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

gema.garcia.ferreraTransformation digitale