Le silence rempli de mots…

Ces jours-ci, j’ai eu l’occasion d’aller à la cathédrale de Madrid

20 avril, 2020
  • 0
  • Espagne

Ces jours-ci, j’ai eu l’occasion d’aller à la cathédrale de Madrid pour interpréter l’Eucharistie en langue des signes afin que les sourds aient la possibilité d’assister à la messe depuis leur domicile.

Habituée à l’agitation du centre de Madrid, plein de gens, de touristes de toutes races et à écouter différentes langues en chemin, il y a maintenant un silence impressionnant. Personne dans les rues, le métro pratiquement vide. Un de ces jours en allant à la messe, j’entendais juste les oiseaux et quand je suis arrivé à la cathédrale vide, je me suis mise à ma place d’interprète et cette solitude m’a secoué le cœur. Encore plus quand j’ai interprété les paroles du cardinal qui étaient un cri du fond demandant à Dieu: « Aide-nous, Seigneur en ces heures. Il y a une immense douleur. Aide-nous, Seigneur. Prends pitié de nous, nous sommes tes enfants. » Cela m’est resté dans le cœur, c’étaient des mots désespérés et une profonde supplication. En rentrant chez moi, je ne pouvais pas les oublier et j’avais besoin de faire un profond silence dans le cœur. Les personnes souffrant du coronavirus me sont venues à l’esprit, le nombre de messages WhatsApp que nous recevons chaque jour demandant des prières, la perte de proches.

Je disais à Dieu: Seigneur, je ne suis pas sur le champ de bataille des hôpitaux qui soignent les malades, mais je connais beaucoup de prêtres qui ne baissent pas les bras en donnant un mot d’encouragement et d’espoir à leurs proches dans les hôpitaux. Il y a aussi une autre église qui est actuellement à l’arrière, celle de ceux qui prient, qui supplient et donnent de l’espoir dans cette pandémie.

Je suis sûr que nous sortirons plus forts et plus solidaires les uns des autres. La pandémie fera ressortir le meilleur de nous-mêmes. Chaque jour, je reçois des messages, me demandant comment je vais. Beaucoup savent que je sors pour que d’autres aient la Parole de Dieu. Ce n’est plus juste « comment tu vas », il y a quelque chose de plus profond derrière ce message que je reçois. C’est un intérêt profond pour ma vie. Et je pense que la même chose nous arrive à tous. De plus en plus, nos vies consacrées à Dieu comptent beaucoup pour cette société sécularisée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gema Garcia FerreraLe silence rempli de mots…