La chronique de Rosario

Assumer ou esquiver ?
Vous êtes sûrement certainement d’accord avec moi pour dire que les moments qui marquent une vie ne dépendent pas du temps. Le mien n’a duré que dix minutes. Je passais par là quand le chef d’entreprise a réprimandé un employé. Puis le chef de service est arrivé et a dit : « C’est ma faute. J’en prends la responsabilité. » Ces huit petits mots m’ont ouvert un monde. Assumer ou esquiver ? Cette réaction m’a  parlé d’intégrité, d’honnêteté et d’un courage qui a assumé toutes les conséquences.
Comment aurais-je réagi dans un cas similaire ? La peur du patron m’aurait elle poussée à me taire ? Aurais-je accusé quelqu’un d’autres ? Aurais-je fait comme lui ?
Tout est en jeu
Je ne le saurai jamais. Cependant, ces dix minutes sont gravées dans ma mémoire. Cela peut paraître simpliste, mais à l’époque, je pensais que si nous agissions de cette manière, tout changerait. Je voulais ce courage. Et le fait est qu‘en assumant ou en esquivant, souvent tout est en jeu.
Comme il serait agréable de voir, dans les journaux, des personnes admettre leurs erreurs et chercher les moyens d’y remédier. Trop souvent, nous voyons les gens se soustraire à leurs responsabilités en invoquant toutes sortes d’excuses. Les suppositions ou les dérobades donnent le ton.

Einstein

J’aime les mots d’Albert Einstein : « Donner l’exemple n’est pas le principal moyen d’influencer les autres. C’est le seul moyen. » Je pense qu’il ne s’agit pas de vouloir donner l’exemple, mais de vivre par l’exemple. C’est l’une des choses pour lesquelles je suis le plus reconnaissant envers mes parents. Ils m’ont influencée, non seulement par leurs paroles, mais aussi par leurs actes. Ils n’ont pas été parfaits, mais je ne les ai jamais vus fuir leurs responsabilités.

Dans l’avion qui me ramenait en Espagne, j’ai regardé le film semi-autobiographique de Spielberg « Les Fabelman ». Ce film m’a confirmé l’empreinte profonde que les pères laissent sur leurs enfants. Avec joie, je me suis souvenue des paroles d’une amie japonaise qui était sur le point de rompre son mariage. Si je ne l’ai pas fait, disait-elle, c’est à cause de mes quatre enfants. C’était difficile, mais j’ai dû me battre pour eux. Aujourd’hui, je suis fière des pères et des mères qu’ils sont devenus ». Et j’en suis le témoin.

Je sais qu’on ne peut pas établir de modèle parce que les circonstances sont différentes pour chacun. Cependant, je pense toujours la même chose : si nous assumions nos actions avec intégrité, honnêteté et courage, beaucoup de choses changeraient.

Assumer ou esquiver ? A toi de dire…

Rosario Garrido

 

 

Gema Garcia FerreraLa chronique de Rosario