Trois crises importantes qui ont marqué ce temps en Corée du Sud

Trois mois se sont écoulés depuis le début de la crise

9 juin, 2020
  • 0
  • Corée du Sud

Trois mois se sont écoulés depuis le début de la crise du Covid-19 en Corée. Il a été l’un des pays les moins touchés. Nous n’avons jamais été en quarantaine absolue, mais nous avons suspendu l’enseignement dans les collèges et les universités, qui a été fait en ligne, ainsi que les cultes et les activités religieuses.

L’épidémie du Sars en 2003 et celui du Mers en 2015 ont aidé au développement en Corée d’un très bon système d’information, de prévention-désinfection et à la fabrication de tests pour détecter le virus. De cette façon, la Corée a pu mettre en œuvre rapidement l’ensemble de ce système.

Cependant, d’autres crises importantes sont devenues évidentes ces derniers temps.

  • Le besoin d’une spiritualité plus profonde et plus personnelle. Cela a été une véritable crise pour de nombreux chrétiens de ne pas pouvoir participer à la vie paroissiale et aux sacrements. Beaucoup ont senti leur foi se refroidir. Comment créer une relation personnelle avec Dieu et nourrir une foi intimement liée à sa vie ?
  • La situation d’exploitation abusive subie par les travailleurs et qui s’est aggravée avec cette crise du covid-19. L’augmentation des commandes en ligne a grimpé en flèche au cours de cette période, ce qui a également généré une augmentation des accidents de la circulation impliquant des chauffeurs-livreurs ou des situations stressantes qui ont même entraîné dans certains cas la mort. D’un autre côté, les mauvaises conditions de travail ou les nombreuses heures supplémentaires auxquelles beaucoup sont contraints, ont conduit, à plusieurs reprises, à la propagation rapide du virus. Le pape François a déclaré qu ‘ »une société est civilisée si elle lutte contre la » culture des déchets « . Comment prendre des mesures pour construire cette société d’inclusion et de respect de la dignité de chacun?
  • Les blessures de notre histoire sont encore ouvertes. En avril, nous commémorons le sixième anniversaire de l’épave du ferry de Sewol, où trois cents personnes sont mortes, presque toutes des étudiants, et le 40 mai le massacre de Gwangju au cours duquel environ 600 civils se battant pour la démocratie sont morts. Il s’agit d’enquêtes judiciaires non encore résolues. La devise de la messe du 40 anniversaire de Qwangju est une question pour chacun d’entre nous : «Vivons-nous aujourd’hui comme à l’époque?», « L’injustice me fait-elle souffrir et est-ce que je donne ma vie pour construire une nation plus juste et unie?

Au milieu de toute cette réalité, notre petite communauté de Serviteurs de l’Évangile se pose la question qui nous préoccupe : «Comment pouvons-nous collaborer pour que cette crise de convid-19 ne soit pas vaine et qu’elle génère un réel changement d’orientation dans notre vie et dans la vie des autres? Que l’Esprit continue de nous guider!

María Matos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gema Garcia FerreraTrois crises importantes qui ont marqué ce temps en Corée du Sud